Prince Captif, tome 1 : L’esclave ♣ C.S. Pacat

Couverture du livre : Prince Captif, Tome 1 : L'esclave

Prince Captif, tome 1 : L’esclave de C.S. Pacat

Parution : 29 mai 2015     Editeur : Milady     Pages : 320

❧ Le résumé : 

« Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d’un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s’allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.
Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr… »

❧ Mon avis :

En achetant ce livre, je ne m’attendais absolument pas au contenu auquel j’allais avoir affaire. La quatrième de couverture laisse prétendre un prince envoyé par une machination de son propre demi-frère en temps qu’esclave dans le royaume ennemi. On s’imagine très bien la suite : Damen, l’esclave de Laurent, va devoir s’allier avec lui afin de sauver sa cause et aussi son royaume tout en cachant son identité car Damen cache un lourd secret en rapport avec Laurent. Je me doutais qu’il y aurait un rapprochement entre les deux hommes et qu’il serait en définitive bien plus qu’amis. Jusque là, aucun problème. Cependant, en commençant le livre, on se rend compte que Damen n’est pas un simple esclave censé servir son maître : c’est un esclave sexuel, un objet de plaisir. Soit. Pourquoi pas. Après tout, on sait très bien que dans l’Antiquité, ce genre de chose était monnaie courante. Ce qui m’a vraiment dérangé, et qui m’a poussé à arrêter ma lecture, c’est le côté malsain de ce livre. Il y a un étalage sexuel assez important. Des viols, de la soumission et même de la pédophilie. Tout cela très bien décrit sur plusieurs pages afin que le lecteur s’imagine parfaitement de quoi il en retourne, de A à Z. Mais ce côté malsain est d’autant plus poussé que ces événements se déroulent comme un spectacle avec tout un tas de spectateurs qui se délectent de voir ces viols (inutiles de vous faire un dessin, vous avez bien compris). Autant vous dire que j’ai vite compris que ce roman n’était pas fait pour moi et que je n’allais pas le terminer.

Je ne suis pourtant pas prude, je lis des romans new-adult avec des scènes de sexe. Ici, outre les viols qui sont aussi là pour illustrer les mœurs des civilisations antiques, c’est vraiment le fait que l’auteure ait placé ces scènes comme si elles pouvaient plaire au lecteur, voire le faire fantasmer. Je trouve cela vraiment malsain. C’est dommage car si on enlève toutes ces scènes de sexes violentes, l’histoire pouvait vraiment être sympathique ! Un prince devenu esclave qui doit s’allier à son ennemi pour retrouver son royaume, le sauver et se sauver en même temps. Une romance impossible entre les deux ennemis. C’était prometteur et je pense que ça m’aurait plu s’il n’y avait pas toutes ces scènes rédhibitoires. Je peux comprendre ce qu’a voulu faire l’auteure : prendre exemple sur l’Antiquité et leurs coutumes. Et je suis d’accord que le sexe était assez répandu dans ces populations et qu’ils n’avaient pas la même vision que nous, les mêmes limites. Je le répète, c’est vraiment le fait que tout soit explicitement décrit et que l’auteure accorde plus d’importance que nécessaire à tout ça. Bref, je ne reviendrai pas là-dessus, je pense que mon point de vue est assez clair.

Je ne peux pas ajouter grand chose puisque j’ai très vite arrêté ma lecture, je ne crois pas avoir atteint la moitié du livre. C’est vraiment dommage, en lisant la quatrième de couverture, ce livre me faisait très envie. Qui plus est, je suis assez intéressée par la culture et la civilisation de l’Antiquité (ce qui ne veut pas dire que je conçois tout ;)) donc ce livre aurait pu être vraiment intéressant. Hélas, l’auteure s’est plutôt concentrée sur le côté érotique alors qu’il y avait beaucoup d’autres points à développer. Je pense aussi que le résumé n’en dit, pour une fois, pas assez sur le contenu. En le lisant, en croit avoir affaire à un livre de fantasy mais ce n’est pas réellement le cas, du moins ce n’est pas ce que j’entends dans un genre fantasy. Un livre qui aurait pu être prometteur mais qui ne m’a absolument pas convaincu et qui s’est révélé être un abandon.

Note : c’est ma façon de voir les choses, je suis assez sensible sur ce genre de sujet ce qui explique que je n’ai absolument pas aimé. Je peux tout à fait comprendre que des personnes ait apprécié leur lecture. Il y a une multitude de genres pour une multitude de lecteurs :). Je tiens aussi a préciser que, étant donné mon abandon, mon avis n’est pas à 100% constructif puisque je n’avais pas tous les éléments en main. Je tenais tout de même à en parler pour savoir si j’étais la seule dans ce cas là. Mais aussi parce qu’il n’y a pas que des romans qui nous plaisent dans la littérature !

❧ Ma note : 

Abandon

Chloe’s Books and Co.

The Renegades, Tome 1 : Wilder ♣ Rebecca Yarros

The Renegades, Tome 1 : Wilder de Rebecca Yarros

Sortie : 28 juin 2017     Editeur : Harlequin     Pages : 468 (lu en ebook)

❧ Le résumé :

Le marché semblait honnête : devenir la tutrice d’un étudiant en difficulté en échange d’une bourse qui permettrait à Leah de participer, tous frais payés, au prestigieux programme Study at Sea. Un an sur un paquebot sillonnant les océans. Une expérience académique de premier rang, mais aussi un défi, l’occasion rêvée de sortir de sa zone de confort. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est la personnalité de son élève. Paxton Wilder. Un regard d’acier, un corps parfait, recouvert de tatouages aussi intimidants qu’attirants, et un sulfureux parfum de danger. Leah sait qu’elle devrait garder ses distances, mais, chaque jour qui passe, le charme agit un peu plus… Amour. Trahison. Adrénaline. Le plus addictif des cocktails.

 Mon avis :

Cet avis va se détacher en deux parties bien distinctes : l’une, que j’ai adoré et que j’ai lu avidement, et l’autre que j’ai moins aimé et que j’ai lu avec un certains détachement. La lecture partait pourtant très bien : un livre new-adult que je lisais sans vraiment attendre quoique ce soit, pour me détendre et en parallèle avec d’autres lectures beaucoup plus sérieuses, dirons-nous. J’ai vraiment bien aimé ce roman jusqu’à environ la moitié, peut-être un peu plus. Et puis est arrivée la dernière partie et il y eu comme un détachement avec l’histoire. Je n’étais plus en phase et j’ai complètement décroché.

C’était pourtant très bien parti ! Leah, une étudiante avec de lourds secrets, commence un programme d’étude sur un bateau, tous frais payés en échange d’être la tutrice d’un des élèves suffisamment riche pour se payer la croisière. Etudier tout en voyageant et en découvrant des pays magnifiques, qui n’accepterait pas ? Pourtant, le voyage débute mal puisqu’elle est obligée d’embarquer seule, sans sa meilleure amie que devait l’accompagner. Mais Leah s’est inscrite à ce programme pour justement sortir de sa zone de confort, il est donc inenvisageable de s’arrêter avant d’avoir commencé. Elle découvre alors qu’elle est logée dans le plus grand confort et que l’élève qu’elle doit aider n’est autre que la raison de ce programme : Paxton Wilder, un étudiant très doué pour les cascades en tout genre mais beaucoup moins en ce qui concerne ses notes. Leah va alors devoir affronter ses plus grandes peurs tout en luttant contre l’attirance semble-t-il réciproque qui s’exerce entre Paxton et elle.

Ce qui m’a charmé en premier lieu dans ce roman, c’est l’originalité du contexte, certes peu réalisable, mais qui changeait de tout ce qu’on voit dans les NA. C’est aussi le sujet abordé : les sports extrêmes que Paxton pratique. Les descriptions de ces sports sont très bien faites et on est plongé dans un saut en parachute ou un saut en tyrolienne comme si nous étions en tandem avec Paxton. Ce dernier est l’un des leader du groupe Renegade qui produit un documentaire de leur quotidien… extrême ! Bien-sûr, puisque c’est un NA, une attirance se créée entre les deux protagonistes. Seulement, Paxton est tout ce dont Leah a le plus peur : le danger, l’extrême et surtout la hauteur. Qui plus est, Paxton lutte contre cette attirance car il sait qu’il ne peut pas y avoir autre chose qu’une complicité platonique entre sa tutrice et lui. Si jamais leur relation tournait au vinaigre, la situation serait dramatique pour lui : plus de croisière et donc plus de cascades. Pourtant, la passion réussit à les réunir et ensemble ils devront faire face à leurs plus grands démons.

« – Quand tu lis un livre, tu commences par la fin, Leah ? Laisse-toi aller. Fais nous confiance. On verra ce que ça donne. Pour moi aussi, tout ça est nouveau, je n’ai jamais eu vraiment de relation de couple, mais je suis prêt à tenter l’expérience.
Il m’a tendu la main, mais j’ai reculé. Lui il gagnait sa vie en prenant des risques, alors, bien sûr, il était prêt à en prendre aussi en amour. Pour moi, c’était plus compliqué. »

Le fait que j’ai complètement décroché durant la dernière partie du roman vient sûrement des personnages : autant je les appréciais durant le début du roman, autant ils ont perdu des points quant à la fin. Commençons par Leah. C’est une jeune femme directe, qu’on pourrait qualifier de réservée sans toute fois être timide. Elle dit les choses comme elles viennent et quand elles viennent. Mais son lourd passé l’empêche de s’épanouir vraiment, aussi bien physiquement que mentalement. En effet, Leah a de nombreuses cicatrices encore ouvertes. J’ai bien aimé son personnage même si ce n’est pas non plus mon personnage préféré. Il y a avait quelque chose, je ne saurais dire quoi, qui me dérangeait chez elle et qui s’est vérifié à la fin.

Au contraire, j’ai beaucoup aimé Paxton : même s’il joue le mec prétentieux et beau-goss quand il est dans la peau de Wilder, il devient doux et compréhensif en étant Paxton. Il est canon et il pratique des sports qui le mettent constamment en danger, pourtant il reste lucide et logique. Il n’est pas trop tête brûlé et comprend très vite qu’il ressent quelque chose de fort pour Leah. C’est un personnage réellement attachant, qui ne s’y prend pas toujours de la bonne manière mais qui a un bon fond.

Vous allez donc me demander ce qui m’a dérangé dans ce roman ? Eh bien, je pense que c’est le manque de réalisme qui m’a fait décroché au bout d’un moment. Au début, c’est acceptable, on se dit que ce n’est pas trop grave et qu’après tout, les romans NA sont là pour nous faire rêver d’une magnifique histoire d’amour comme on en vit rarement. Mais beaucoup d’éléments se retrouvaient au fil des pages : le fait que Leah soit toujours en situation de danger, à trois ou quatre reprises, et qu’elle revive constamment son traumatisme par pures coïncidences. J’ai aussi trouvé que certains dialogues n’étaient pas très naturels.

Pour conclure, je dois dire que j’ai réellement vécu cette lecture en deux phases bien distinctes. L’une, addictive, l’autre un peu trop grosse à avaler. Le manque de réalisme et la présence de nombreux clichés propres au genre m’ont laissé un goût de trop dans la bouche. On découvre de très beaux paysages et on plonge dans des aventures que, personnellement, je ne pourrais vivre  qu’à travers les mots (le saut dans le vide, très peu pour moi !). Cependant, ce roman reste une jolie histoire d’amour pour qui aime le NA et un bon livre pour se détendre d’une lecture difficile, ou tout simplement pour passer un bon moment !

« – Tu me jures que ça ira ? ai-je repris.
– Je te le jure.
– Tu en es bien sûr ? Parce que j’ai vu un film où un père et son fils faisaient du parachute ascensionnel — enfin, c’était son beau-fils, mais c’est pareil. La corde a cassé, ils ont été projetés dans la jungle et le père est mort.
L’homme qui bouclait mon harnais a retenu avec peine un sourire. Paxton m’a regardée fixement, les yeux plissés.
– C’était dans Jurassic Park ?
– Oui, et alors ? C’était quand même du parachute ascensionnel.
– Si je me souviens bien, la corde n’a pas cassé, c’est un dinosaure qui l’a coupée avec ses dents.
– Et alors ?
Il m’a prise par le menton, et j’ai aussitôt fondu.
– Il n’y a pas de dinosaures à Barcelone. Ça va bien se passer, Leah. »

❧ Ma note :
j'ai apprécié

« Wilder, je pouvais l’ignorer. C’était un frimeur et un badass qui ne pouvait que me faire souffrir. Je n’avais aucune envie de l’approcher. Mais face au gentil Paxton, j’étais sans défense.
Et ça le rendait encore plus dangereux. »

Image de black and white, lifestyle, and jay alvarez

Chloe’s Books and Co.