Shades of Magic, tome 1 ♣ V.E. Schwab

shades of magic T1

Shades of Magic, tome 1 de V.E. Schwab

Parution : 8 juin 2017     Editeur : Lumen     Pages : 504

 Le résumé : 

« Kell est le dernier des magiciens de sang, des sorciers capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l’âme. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge – on y respire le merveilleux à chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : là, les sortilèges se font si rares qu’on s’y tranche la gorge pour une simple incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui l’a envahi quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.
Depuis cette contagion, il est interdit de transporter le moindre objet entre les univers. C’est malgré tout ce que Kell va prendre le risque de faire, histoire de défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, à commencer par le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait par ailleurs sa vie sans hésiter. Mais, à force de jouer avec le feu, il finit par commettre l’irréparable : il emporte jusque dans le Londres gris une pierre noire comme la nuit, qu’une jeune fille du nom de Lila décide, sur un coup de tête, de lui subtiliser. Pour elle comme pour lui – pour leurs deux mondes, à vrai dire – le compte à rebours est lancé. »

 Mon avis :

J’ai découvert ce roman grâce à Saiwhisper du blog Les Pages qui Tournent et, en lisant son avis, j’étais persuadée que c’était le genre de livre qui me plairait beaucoup ! Et je ne me suis pas trompée car je l’ai adoré ! L’histoire est riche, bien ficelée, l’auteure a fait un travail assez remarquable quant à l’intrigue et son univers.

Nous avons affaire à un gros livre, avec plus de cinq cents pages, c’est dire si le taux d’informations dans ce bouquin est important ! Personnellement, j’adore les livres « pavés » car ils signifient pour moi un univers très travaillé. C’est le cas ici, ce qui ne peut pas plaire à tout le monde. Qui plus est, le début du roman met du temps à se mettre en place puisque l’auteure doit poser le cadre de son intrigue dont les éléments sont très variés. En effet, l’auteure a mis en place un système de mondes parallèles avec un Londres gris (sans magie), un Londres rouge (en paix avec la magie), un Londres blanc (qui a soif de pouvoir et de magie) et un Londres noir (rempli de ténèbres si bien qu’il a été banni). Chaque Londres a ses propres spécificités, sa propre géographie et le seul point commun entre tous est la Tamise, grande source de magie, pour qui sait bien entendre la magie. Passer d’un Londres à l’autre n’est pas chose aisée puisque seuls les Antari peuvent accéder à cette requête, à condition d’avoir une relique appartenant au Londres où ils veulent se rendre mais aussi par le prix du sang. Les Antari sont donc des mages très rares et seuls deux d’entre eux existent encore au sein de tous les Londres confondus : Kell et Holland. L’un est un bon mage, l’autre un mauvais. L’un s’alliera contre son gré à Lila, l’autre se mettra en travers de leur chemin. De ce fait, une fois le premiers tiers passé, l’intrigue peut réellement se mettre en place et l’action arrive très vite. Particulièrement lorsque Kell se retrouve lié à une relique du Londres noir, source d’un grand pouvoir, convoitée par de nombreuses personnes aux intentions pas forcément bonnes. Mais la pierre est une magie pure qui répond avant tout à ses propres désirs… S’ensuit de nombreuses aventures pour Kell et Lila (alias Delilah), nos deux héros, qui nous laisserons le souffle haletant même une fois le livre terminé !

« Les Antari avaient le pouvoir de parler au sang qui coulait dans leurs veines. A la vie qui palpitait en toutes choses. A la magie elle-même – celle qui était à la fois le tout premier élément, et le dernier d’entre eux, aussi omniprésent qu’insaisissable. »

Les personnages sont tous utiles à l’intrigue. Certains sont bons, d’autres mauvais et quelques-uns servent juste de pions. Ils sont tous rangés dans des petites cases propres à leurs fonctions mais ne vous attendez pas à quelques surprises les concernant. Il n’y a pas vraiment de retournement de situation. Cependant, j’ai été assez surprise quant aux victimes. Je n’aurais pas pensé qu’autant de personnages allaient disparaître. J’espère d’ailleurs que l’un d’eux va revenir car j’aimerais vraiment en savoir plus sur son sujet, je pense que c’est un personnage bien plus complexe que l’auteure laisse croire. Niveau complexité, chaque personnage possède son lot de secrets. Lila est une jeune femme forte, aux répliques bien trempées, courageuse et aventurière. Pour survivre dans son Londres gris, elle a appris à voler et à se travestir afin d’échapper à des situations complexes. J’ai bien aimé son côté « fonceur » : elle a un rêve et, malgré ses nombreuses aventures et ses découvertes, elle garde en ligne de mire ce but. Elle ne change pas par rapport aux révélations des différents mondes et de l’existence de la magie. Concernant Kell, j’ai beaucoup aimé son personnage, peut-être même plus que Lila, même s’il est compliqué à cerner et à comprendre. Réservé mais fort de caractère et d’esprit, j’ai adoré son rapport à la magie Antari et sa loyauté face à ses proches, dont son frère, Rhy. Caractérisé par ses yeux vairons et par son penchant pour découvrir des reliques des autres Londres, Kell est un personnage original. J’ai hâte d’en découvrir encore plus à son sujet. Le duo, pourtant imposé et opposé l’un à l’autre, fonctionne plutôt bien. Je me demande comment va évoluer leur relation… Je n’ai pas vraiment de doutes concernant les sentiments de Kell mais un peu plus pour ceux de Lila. Affaire à suivre !

« – Prêt ?
– Non, répondit Kell, tourné vers le château.
– Tant mieux, répliqua-t-elle avec un sourire acéré. Ceux qui se croient prêts finissent toujours par mourir. »

Shades of Magic est un livre riche aussi bien en temps qu’histoire mais aussi en temps qu’objet. La couverture est sublime et chaque chapitre est soigneusement travaillé avec une double-page d’illustration : boussole et mains noires sont au rendez-vous. Les sous-chapitre sont soulignés par une jolie dague. Chacun de ces éléments font référence à des détails de l’intrigue. Ce roman est donc complémentaire. Le rythme d’abord lent est très vite rattrapé par de nombreuses actions qui donnent une petite dose de suspens, surtout durant les trois dernières parties. La cadence devient haletante et prenante, si bien qu’on oublie les petites lenteurs qui ont pu faire défaut au départ. C’est pour moi une très bonne découverte et j’ai hâte de lire le deuxième tome afin d’en apprendre davantage sur les Antari, sur les personnages mais aussi sur ce Londres noir qui, je pense, va donner du fil à retordre à nos héros !

« La magie, elle aussi, passait d’un monde à l’autre. Mais le problème, avec la magie, c’est qu’elle s’attaque à la fois aux esprits forts, trop ambitieux, et aux plus faibles, ceux qui manquent de volonté. L’un de ces mondes a fini par perdre toute maîtrise, toute mesure. Ses habitants se sont nourris de magie et vice versa, jusqu’à ce qu’elle dévore leur corps, leur esprit et leur âme. »

 Ma note :

j'ai beaucoup aimé

« – Je vous prie de m’excuser pour mes actes de ce soir-là. Je n’étais pas moi-même.
– Quant à moi, je vous prie de m’excuser de vous avoir tiré dans la jambe. J’étais moi-même.
– Elle me plaît bien, dit-il à Kell, son sourire charmeur aux lèvres. Je peux te l’emprunter ? »

Image de Avengers, fantasy, and elizabeth olsen

Chloe’s Books and Co.

The Girl at Midnight, tome 1 ♣ Melissa Grey

girl midnight

The Girl at Midnight de Melissa Grey

Sortie : 26 juin 2015                    Editeur : Pocket Jeunesse                    Pages : 320

❧ Le résumé :  

« Sous les rues de New York, cachés aux yeux du monde, vivent les Avicens, une ancienne race d’êtres mi-homme mi-oiseau. Aucun humain ne les a jamais vus. À part Echo. Lorsqu’elle était enfant, les Avicens l’ont recueillie et à présent, âgée de 17 ans, elle joue pour eux les pickpockets à la surface. La jeune fille est maline, audacieuse, voir même insolente, mais surtout, loyale à la seule famille qu’elle connait.
Alors quand la guerre contre les Drakharins, un peuple mi-homme mi-dragon, menace à nouveau, Echo accepte sans hésiter la mission qu’on lui confie : trouver l’Oiseau de Feu, un artefact magique que l’on dit chargé d’un très grand pouvoir. Mais la jeune fille n’est pas la seule à convoiter l’objet, et Caïus, l’étrange jeune homme qui accepte de l’aider pourrait bien être la plus grande menace pesant sur cette mission… »

 Mon avis :

Faisons cours : j’ai littéralement dévoré ce roman. Je l’ai fini en l’espace de quelques jours, et encore, je me donnais des restrictions (je n’aime pas lire les romans trop rapidement, j’ai l’impression de ne pas les avoir appréciés à leur juste valeur). Ce que j’ai le plus aimé ? L’originalité du fantastique : des hommes-oiseaux, je n’en avais encore jamais vu. Ce que j’ai le moins apprécié ? 320 pages, ça se lit beaucoup trop vite ! J’ai bien aimé aussi les personnages, qui sortent un peu des stéréotypes que nous avons l’habitude de voir dans les romans fantastiques. De plus, le roman n’est pas mollasson : les personnages sont à la quête de l’Oiseau de Feu ce qui engendre une histoire qui ne met pas de temps à démarrer et qui reste haletante durant tout le roman.

Je me rends compte que cela fait un an (!!) que j’ai déjà lu ce livre… Mes souvenirs ne donc pas très frais mais je vais faire du mieux que je peux ! L’histoire débute plusieurs années en arrière, alors qu’Echo est une jeune fille orpheline qui se cache dans une bibliothèque afin d’y vivre et de ne pas être mise dans un orphelinat. C’est alors qu’un soir, elle tombe sur une créature étrange et digne des romans avec lesquels elle s’endort : une femme mi-humaine, mi-oiseau. Cette dernière prend la petite Echo sous son aile (vous avez remarqué ce magnifique jeu de mots ?!). On les retrouve ensuite quelques années après. Echo est une presque jeune femme de dix-sept ans avec comme passe-temps favoris (après la lecture) : être pickpocket. Mais, alors qu’elle croyait voler un quelconque objet sans grande valeur, elle se retrouve incombé d’une mission à la fois périlleuse et dangereuse : trouver un objet d’une puissance incommensurable. Malheureusement, Echo n’est pas la seule à vouloir mettre la main sur l’Oiseau de Feu. Le peuple des Drakharins, ennemis des Avicens, veut aussi obtenir le pouvoir de cet artefact.

Ce qui m’a tout d’abord charmé dans ce roman c’est la couverture, splendide je trouve, et surtout l’originalité de l’intrigue. Les dragons, j’avais déjà vu, mais les hommes-oiseaux, c’était la première fois que j’en entendais parler. Et je n’ai vraiment pas été déçue ! L‘intrigue est belle et bien originale, elle change complètement de ce que l’on peut voir dans le fantastique ou le bit-lit avec des créatures qu’on a l’habitude de côtoyer. De plus, l’auteure nous plonge dans le vif du sujet, comme on dit, dans les tout premiers chapitres tout en installant le contexte des deux tribus différentes, la guerre ancestrale qui les oppose. On tombe très rapidement sous le charme de ces nouvelles créatures : des hommes-oiseaux et des hommes-dragons, très bien décrit, ce qui nous permet de faire facilement travailler l’imaginaire pour obtenir un résultat plus que convaincant.

« Quand la fillette sourit, l’Ala compris qu’elle ne rentrerait pas seule au Nid ce soir-là. Elle était venue à la bibliothèque en quête d’espoir. A la place, elle avait trouvé une enfant… et il lui faudrait des années pour comprendre que c’était presque la même chose. »

J’ai aussi adoré les personnages. Echo est une jeune fille spontanée, qui agit avec une grande logique, tout en gardant une sensibilité touchante et presque réconfortante. C’est une tête brûlée qui a des sentiments et qui ferait presque tout pour aider sa famille d’adoption, la seule qui l’a jamais aimé. Malgré sa différence avec le peule des Avicens, elle est acceptée par quasiment tout le monde (il faut bien qu’il y est des méchants dans l’histoire, non ?), dont une jeune fille nommée Ivy, sa meilleure amie. Pour autant, elle reste une humaine pure souche et ne se sent pas forcément à sa place auprès des êtres dotés d’ailes et de plumes. Aussi, quand elle découvre qu’elle peut aider son peuple à stopper la guerre qui les oppose au clan ennemi, les Drakharins, elle fera tout pour y parvenir, même à se liguer avec un jeune homme étrange dont elle ne connait presque rien, Caïus. Ce dernier est tout simplement parfait : beau, énigmatique, touchant. Outre les joutes et les piques entre les deux personnages, une réelle complicité naît entre eux. Des sentiments vont apparaître, bien entendu, mais cela reste plausible, non pas tombé des nues comme on peut le voir parfois. Je ne vous en dis pas plus sur Caïus et vous laisse découvrir ce personnage i-rré-sis-tible ! J’ai aussi adoré Ivy, toute mignonne, et Dorian, garde de Caïus, d’une froideur attachante.

Le roman regorge d’humour, d’amour et de rebondissements. La plume de l’auteure est fluide, sans trop de chichis qui auraient pu nuire à la lecture, juste et agréable à lire. La magie est présente à chaque page, au figuré comme au propre. Il y a plein d’autres personnages à découvrir, d’autres secrets à percer, mais je vous laisse le soin d’y remédier ! Parce que des choses, il s’en passe dans ce roman !

« Tout à coup, la pièce s’illumina. Sur le seuil, un sorcier fixait la jeune voleuse de ses prunelles blanchâtres, seul signe qui le distinguait des véritables humains
– La main dans le sac.
– Ce n’est pas ce que vous croyez.
– Ah bon ? Parce qu’on te dirait prête à me cambrioler
– D’accord, vous avez raison. (Elle fixa un point derrière lui.) Oh, la vache ! C’est quoi, ça ?
Le propriétaire lorgna un instant par-dessus son épaule, ce qui suffit à Echo pour fourrer la boîte à musique dans son sac et foncer vers la sortie en le bousculant. »

Pour conclure, c’est un livre que je conseille à tous ceux qui aiment de près ou même de loin le fantastique et le bit-lit. On quitte les standards de ces genres pour notre plus grand bonheur. Bien-sûr, il y a certains éléments qu’on retrouve mais à mon sens, ils n’entachent absolument pas l’originalité du livre. Et oui, j’insiste sur le mot « originalité ». On tombe très rapidement sous le charme des personnages principaux mais aussi secondaires (qui ne servent pas de plantes vertes mais sont bels et bien utiles, voire même beaucoup, à l’intrigue). Et, bien évidemment, on tombe amoureux en seulement quelques secondes du pairing Echo/Caïus. Oh, et est-ce que je vous est dit que ce roman est très drôle ? (Merci Echo !). Mon Dieu, ce roman est tout simplement un coup de cœur que vous aurez terminé aussi vite que vous l’aurez commencé !

« Lorsqu’il lui replaça une mèche derrière l’oreille, Écho éprouva dans le ventre un tas de drôles de choses que, même sous la torture, elle aurait catégoriquement refusé d’avouer.
– Sois prudente, d’accord ?

– Mon deuxième prénom, c’est Prudence.
[…]
– Je croyais que ton deuxième prénom était Danger.
– C’était la semaine dernière. »

❧ Ma note : 

coup de coeur

 « Les couleurs étaient différentes, les choses n’avaient plus la même odeur et elle entendait des sons auxquels elle n’aurait jamais prêté attention auparavant. Elle croyait découvrir le monde pour la première fois. »

Image de angel, animated gif, and gif 

Chloe’s Books and Co

Angelfall, Tome 1 : Penryn et la Fin du Monde ♣ Susan Ee

angelfall

Angelfall, tome 1 : Penryn et La Fin du Monde de Susan Ee

Sortie française : 3 avril 2014          Edition : Fleuve Noir          Pages : 405

❧ Le résumé : 

Les anges ne sont pas ce que l’on croit.
Il détruisent le monde, éradiquent l’espèce humaine.
Dans San Francisco dévasté, Penryn, 17 ans, doit sauver sa jeune sœur, enlevée par ces monstres.
Sa seule solution : forcer l’un d’entre eux à l’aider… Raffe, privé de ses ailes, voit dans cette alliance contre-nature son dernier espoir.
Une jeune femme et son pire ennemi se trouvent liés malgré eux.

Une relation dangereuse…
Mais jusqu’à quel point ?

❧ Mon avis : 

La première chose que j’ai envie de vous dire concernant ce roman est… Enfin ! Pourquoi ? Tout simplement parce que ça fait déjà une semaine et demi que je veux vous écrire cet avis mais que je ne trouve jamais le temps ! Pourtant, mon emploi du temps n’est des plus chargé mais je me suis laissée emporter par les événements et… Voilà, la chronique a une semaine et demi de retard. Pas de quoi s’alarmer non plus, certes, mais tout de même. Bref, je m’égare ! Ce premier tome d’Angelfall a été une véritable surprise pour moi. Je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’histoire, à cette violence. Il faut dire que quand on vous parle d’ange, vous avez le côté positif qui vient tout de suite en tête et c’est avec cette idée que j’ai commencé à lire ce roman. Croyez-moi quand je vous dis que je suis tombée des nu !

On commence donc l’histoire en étant plongé dans un monde post-apocalyptique où le chaos et la violence règnent. Un maître mot : survivre. Et Penryn, aînée de la famille, doit en plus s’occuper de sa petite sœur handicapée et de sa mère schizophrène. Le monde, vaincu par les anges, est devenu le lieu le plus dangereux qu’il soit : pour survivre, Penryn et sa petite famille doivent aller de maisons en appartements pour dénicher de quoi manger. Seulement, de nombreux gangs se sont formés et prennent petit à petit possession de la ville. La jeune fille de 17 ans décide donc de sortir en pleine nuit, avec sa mère et sa sœur, pour rejoindre un lieu beaucoup moins touché par la violence des gangs. C’était sans compter l’apparition d’anges qui se battent contre leur propre « frère » et qui, rapidement, s’enfuient avec Paige, la petite soeur, entre les bras. Penryn va alors trouver comme seul moyen pour sauver sa sœur de faire alliance avec l’ange blessé tandis que ce dernier n’a d’autre choix que d’accepter le marché.

Une trame plutôt alléchante, en somme. On plonge directement dans l’action, dès les premiers chapitres. Les aventures de Penryn et Raffe, l’ange blessé, sont nombreuses et parsemées d’embûches. Certaines scènes sont vraiment gores, il n’y a pas d’autres termes pour les caractériser. N’ayant pas été prévenue (oui parce que je n’avais quasiment lu aucune critique concernant ce roman), j’ai été un peu choquée par certains moments qui sont vraiment, vraiment horribles. Cependant, cela ajoute de l’authenticité à l’histoire qui nous parait vraiment réelle. De plus, ces scènes mettent le doigt sur de nombreuses questions qu’on se pose tout au long du roman et qui trouvent (certaines) réponses en fin de livre. J’ai vraiment aimé l’originalité de cette histoire. Personnellement, je n’avais jamais vu d’anges venus conquérir la planète terre (pour on ne sait vraiment quelles raisons, soit dit en passant).

« – Où est-ce qu’ils ont emmené ma sœur ?
Une émotion presque imperceptible passe dans ses yeux, mais disparaît avant que j’ai eue le temps de l’identifier.
– Comment veux-tu que je le sache ?
– Parce que tu es une de ces saloperies puantes.
– Oh … Tu viens vraiment de me blesser, là. »

J’ai aussi adoré les deux protagonistes, Penryn et Raffe. Les femmes d’abord, commençons par Penryn. Jeune fille de 17 ans, elle est vraiment forte et courageuse. Malgré la peur qui la tiraille presque constamment, elle réussit à passer au-dessus pour protéger, puis sauver, sa petite sœur. Sans oublier qu’elle doit s’occuper d’une mère complètement folle qui n’a aucun sens maternel et qui ne pense qu’à se protéger des démons qu’elle voie. J’aime aussi beaucoup la loyauté qu’à Penryn envers ses proches et, assez rapidement, envers Raffe. Ce qui m’a vraiment beaucoup plu est le fait que Penryn n’essaie pas d’être l’héroïne de l’histoire : bien-sûr, elle veut que la situation change et que les humains reconquièrent leur monde mais pour autant, elle ne va pas se dissiper. La jeune fille se concentre sur sa sœur, sa famille et leur sûreté. Elle n’en fait pas des tonnes et je l’ai adoré pour cela. Raffe est assez flou durant tout le roman, je trouve. Même si on découvre quelques facettes au fur et à mesure, je n’arrive toujours pas à véritablement le cerner. Sa force de caractère est indéniable. J’ai adoré son humour et son côté cool tout en étant parfaitement conscient des risques et du danger. Raffe n’est pas le héros qu’on retrouve dans beaucoup de roman, il a des faiblesses malgré son statut ce qui fait de lui un personnage réellement plausible.

Concernant la romance, il n’y a seulement que quelques touches, ici et là, si bien qu’on ne sait pas vraiment ce qu’il se passe et s’il s’agit vraiment de rapprochement ou non. La trame est complètement dirigée sur le sauvetage de Paige, en d’autres termes, l’accès au nid des anges. J’ai trouvé chouette le fait que les choses-qui-ressemblent-à-des-rapprochements-mais-qui-n’en-sont-pas-vraiment soient réalisées du côté de Raffe. Même si Penryn ouvre assez vite les yeux. Faut dire que quand on a en face de nous un ange (qui fait le méchant mais qui, au fond, est plutôt sympa) avec un humour décadent (je soutiens les personne ayant un humour peu évolué comme le mien), ben on reste pas de marbre très longtemps. J’ai vraiment trouvé leur début de romance crédible et, même si il ne se passe pas grand chose, déjà tumultueuse. Ça promet du grandiose pour le prochain tome !

Pour conclure, c’est un coup de cœur que j’ai eue en lisant Angelfall. L’originalité, la violence, l’humour, l’aventure forment une jolie danse qui nous fait valser jusqu’à ce que les dernières pages soient dévorées ! Les personnages principaux sont aussi attachants que les personnages secondaires (et je dois avouer que j’ai bien aimé la maman, elle m’a fait autant rire que me sentir mal-à-l’aise). Ils ont tous leur rôle à jouer ce qui donne une trame riche et complète qui nous fait tenir en haleine même une fois le roman terminé. J’ai vraiment hâte de découvrir le tome 2 !

« – Sache que je ne plaisante jamais avec mon statut de guerrier demi-dieu.
– Mon Dieu !… Tu n’es qu’un oiseau qui se la pète. Ok, tu es musclé. Mais tu sais, un oiseau n’est qu’un lézard un peu évolué. C’est ce que tu es.
Il glousse.
– Ah, l’évolution…(Il se penche vers moi comme s’il allait me murmurer un secret à l’oreille.) Juste histoire de préciser… Je suis aussi parfait depuis la nuit des temps.
[…]
– Oh, s’il te plait… Ton énorme tête risque de ne plus passer entre les arbres, si tu continues. Tu risques même de te retrouver coincé entre deux branches, tu sais. Et après ça, il faudra encore que je vienne te sauver. (Je lui lance un regard fatigué.) Encore ! »

❧ Ma note : 

19/20

« Je ne me le suis jamais dit jusqu’à maintenant, mais je me sens fière d’être humaine. Nous sommes bourrés d’imperfections, faibles, confus, violents, et nous avons énormément de problèmes à gérer. Mais je suis fière d’être la Fille de l’homme, dans l’ensemble. »

ange

Passionnément Livres. 

 

Lux, tome 1 : Obsidienne ♣ Jennifer L. Armentrout

lux-tome-1-obsidienne-494937-264-432

Lux, Tome 1 : Obsidienne de Jennifer L. Armentrout 

Sortie française : 17 septembre 2014        Edition : J’ai Lu          Pages : 379

❧ Le résumé :

Quand Katy déménage dans un coin paumé de Virginie-Occidentale, elle s’attend à tout sauf à rencontrer des voisins de son âge. Déception, Daemon Black a beau être canon et avoir une sœur jumelle adorable, il n’en est pas moins insupportable et arrogant !

Lorsque Kat se rend compte que tout le monde semble fuir la famille Black, elle voit d’un autre œil la froide suffisance de Daemon. Pourra-t-elle encore l’éviter quand tout lui crie de s’en approcher ?

❧ Mon avis : 

❥ Ça faisait un petit moment que je n’avais pas lu un roman léger, avec une romance entre deux adolescents qui ne savent pas vraiment ce qu’ils veulent et du fantastique à souhait. Et, franchement, ça m’a fait le plus grand bien ! Oui, il y a certains points qui ne m’ont pas forcément plus, du point de vue de la romance, mas pour autant j’ai lu ce livre d’une traite et j’ai adoré ! Il faut dire que depuis un petit moment, je lisais surtout du fantasy pas très joyeux ou de la fiction qui touchait des thèmes assez sombres… Un vrai souffle d’air frais, donc.

❥ En ce qui concerne la trame, on a affaire à une histoire assez clichée mais qui ne m’a pas vraiment dérangé. Katy emménage avec sa mère dans une nouvelle petite ville pour fuir un passé assez douloureux. Elle se rend très rapidement compte que ses voisins on le même âge qu’elle et décide donc de faire le premier pas. Katy se retrouve face à des faux jumeaux qui sont comme le jour et la nuit : Dee est une jeune femme rayonnante, bienveillante et toujours souriante. Daemon est arrogant, imbus de lui-même et horripilant. Pour autant, Katy décide de se lier d’amitié avec Dee. Cependant, malgré l’affection qu’elle éprouve pour la jumelle, rien ne la pousse à apprécier le jumeau. Au contraire, ils ne font que se disputer et se lancer des piques. Pire encore, plus les semaines passent et plus il lui arrive des choses étranges. Katy se rend rapidement compte que quelque chose cloche au sein de cette ville et surtout autour de la famille Black et de leurs amis qui ne cachent pas leur ressentiment envers Katy.

❥ En fait, je me rends compte que j’ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Malgré les mièvreries, malgré les stéréotypes, malgré tout. J’ai adoré l’originalité du fantastique : les jumeaux sont une « espèce » qui change, je trouve, sans pour autant tomber dans la science-fiction bas de gamme. Ce roman contient tout ce qu’il faut pour nous faire passer un bon moment : une héroïne qui ne cache pas ce qu’elle pense, un héros aussi beau qu’un Dieu et arrogant à souhait, des supers-vilains qui veulent s’en prendre à eux. Ce que j’ai aussi apprécié est que la romance met du temps à se créer : les deux adolescents se tournent autour et jouent au jeu du chat et de la souris, peut-être un peu trop à certains moments, je le conçois. Il y a aussi beaucoup d’humour : je me suis surprise à rigoler toute seule dans mon petit appart’ avec mon chat qui me regardait d’un drôle d’air.

« – Pourquoi es-tu si con ? Les mots étaient sortis avant que je puisse y réfléchir à deux fois.
– Tout le monde doit exceller quelque part, non ?
– Eh bien, tu fais vraiment du bon boulot.»

❥ Concernant les personnages, j’ai adoré Katy, malgré son entêtement qui est parfois un peu trop fort. Et puis, c’est une blogueuse littéraire ! Elle m’a fait rire dans certaines de ces remarques concernant son blog. Cependant, j’ai une ou deux fois pas beaucoup accroché avec son caractère qui la pousse à tout le temps provoquer Daemon, même dans des situations critiques. Malgré tout, c’est une jeune femme attachante et très drôle ! J’ai aussi beaucoup aimé les deux faux-jumeaux : ils sont complètement différents, certes, mais leurs personnalités sont aussi attachantes l’une que l’autre. Dee est très mignonne, toujours attentionnée, bienveillante, souriante. Elle est l’incarnation du positivisme, malgré sa situation pas toujours joyeuse. Daemon est assez énigmatique au départ : on croit avoir cerné un mec typiquement macho mais finalement on découvre que son caractère est beaucoup plus compliqué que cela, une forme de carapace protectrice. Je pense qu’il sera vraiment très intéressant d’en apprendre plus à son sujet au cours des prochains tomes. Oh oui, il est souvent énervant ! Mais on dira que cela fait partie intégrante de son charme !

« Je me précipitai dans ma chambre et allumai mon ordinateur. Je jetai un coup d’œil à l’article que j’avais écrit la nuit précédente. Aucun commentaire. Les gens étaient vraiment nuls. Par contre, cinq personnes de plus me suivaient. Les gens étaient formidables. »

❥ Enfin, malgré les quelques critiques que l’on peut faire et voir sur ce roman, il a un côté réellement addictif qui nous fait lire chapitre après chapitre sans nous rendre compte que l’heure tourne. Je ne me suis pas ennuyée une seule fois en le lisant. J’ai aimé les clichés qu’on retrouve dans ce roman car il y a un petit quelque chose qui fait que ça ne devient pas barbant.

❥ Pour conclure, j’ai vraiment adoré ce livre ! Un véritable souffle d’air frais qui nous permet de passer un bon moment, qui nous fait rire, parfois fulminer, mais surtout sourire. Je le conseille à toutes les personnes qui veulent passer du bon temps après une lecture un peu difficile, sombre… On s’attache très vite aux personnages, malgré leurs quelques défauts et on s’accroche encore plus à l’histoire. Je pense lire le deuxième tome très rapidement !

❧ Ma note :

18/20

« – Je suis allé voir ton blog.
Oh, mon Dieu ! Comment l’avait-il trouvé ? Attendez une minute. Le plus important, c’était qu’il était tombé dessus. Mon blog apparaissait dans les recherches Google ? C’était absolument génial. Mieux que ça, même.
– C’est pire que du harcèlement sexuel. Est-ce que je dois portais plainte ?
– Dans tes rêves, Kitten. (Il eut un sourire suffisant). Ah non, j’y suis déjà, pas vrai ?
Je levai les yeux au ciel.
– Dans mes cauchemars, Daemon. Mes cauchemars
. »

 

large2